virginie.jpg
Virginie

Habitante au Septante-13

J’ai toujours eu envie de faire l’expérience de vivre en communauté. C’est le caractère temporaire de la 20ème commune qui m’a aidé à faire le pas. On s’engage, on expérimente puis on voit si ça nous convient. À côté de cela, j’avais vraiment envie de participer à un projet qui dépasse mon petit cocon à moi : vivre avec d’autres familles, m’ouvrir sur le quartier et m’ancrer dans ma ville. Etant maman seule avec mon fils, recréer ce genre de liens de solidarité est extrêmement précieux. On rencontre plein de gens, on réfléchit ensemble et tous les jours on a l’occasion de réinventer sa ville.

20eCommune-20190408-Photo Poissonnerie.j
Xander

Habitant de la rue du progrès

Ca me plait de vivre en communauté et de participer au projet collectif où je m’occupe de plein de choses différentes, de la récupération de nourriture à la gestion des activités culturelles. En tant qu'artiste, la 20ᵉ commune me permet de survivre car je ne gagne pas d'argent avec mon art. J'ai plus de temps pour mon art car je ne dois plus faire un travail qui me prend toute mon énergie. Pour moi, la vie participative c’est le plus important : le fait de connaître mes voisins et de faire des choses ensemble. Ca crée un lien comme une famille.

Zazou

Travailleuse sociale à La Serre

Avec Huneeds, on a déjà déménagé trois fois dans la 20ᵉ commune. Pour chaque nouveau projet au sein de l’ASBL, ces différents lieux ont été inspirants et des vrais tremplins. Contrairement à la location classique où c’est chacun pour soi, ici c’est ouvert et il y a la possibilité d’initier des synergies avec plein d’autres initiatives. Pour un projet comme les Huneeds Cafés où des citoyens s’allient à des personnes sans-abris, ou anciennement sans-abris, pour les aider à retrouver leur place dans la ville, c’est un énorme atout.

olivier.jpg
Olivier

Cuisiner à La Serre

J’ai découvert la 20ᵉ commune au moment où j’ai lancé ma propre activité professionnelle dans l’alimentation durable. Avant ça, j’étais dans le monde de l’entreprise et découvrir un lieu comme La Serre m’a permis de revenir vers quelque chose de plus humain. Les gens étaient sympas et s’engageaient dans des projets qui allaient dans le sens dans lequel je voulais aller. J’y ai aussi découvert la gestion collective d’un espace, une des choses qui m’excite le plus dans cette 20ᵉ commune. C’est pas toujours facile, mais on apprend et on partage énormément. Pour moi, La Serre, c’est une vraie manière de se ressourcer en ville.

muséeducap.jpg
Samuel

Porteur de multiples projets à La Maison de la récup', La Serre et La Buissonnière

Dans la 20ᵉ commune, je m’investis dans différents projets : Tournevie, une maison de jeunes saint-gilloise et le musée du capitalisme. Le dernier, c’est une exposition qui sensibilise et crée un espace de réflexion sur le système socioéconomique dans lequel nous vivons. On se veut engagé, mais pas partisan. On essaye tout simplement d’interroger les origines, les espoirs, les limites et les alternatives de notre organisation sociale. Pour moi, la 20ᵉ commune c’est ça : se réapproprier des espaces et ne pas se laisser faire.

Juan

Artiste à La Buissonnière

J’ai entendu parler de la 20ᵉ commune à une séance d’information publique à l’ouverture de la Buissonnière. Maintenant, j’y ai un atelier où je développe mes projets artistiques. Avoir un espace qui ferme à clé est une chose extrêmement précieuse et nécessaire pour un artiste. La clé, c'est surtout symbolique : ça veut dire que dans ce lieu je peux penser à mes projets sans me soucier du regard d'autrui. Par ailleurs, je ne cache pas que les moyens d’un artiste sont toujours tendus et avoir un espace ici me permet de baisser la pression à cet égard.

Issouf

Habitant de la rue du progrès 

J’ai emménagé ici en 2015. C’est un ami qui m’avait parlé de la commune, à un moment où je devais quitter mon logement et où je n’avais nulle part où aller. Au final, sans cet endroit, je serais à la rue. Aujourd’hui, vivre en communauté me nourrit énormément, j’adore avoir la possibilité de m’investir dans plein de projets et d’activités, en plus de l’aide que cela m’apporte. Ici, on collabore, on crée et on trouve des solutions ensemble. Il n’y a pas de barrières, juste une bonne proximité qui fait disparaître les différences. On est tous les mêmes. 

marie.jpg
Marie

Habitante à La Poissonnerie

Le mode de vie que j’ai ici dans la 20ᵉ commune est en adéquation avec ma retraite, mais surtout, il amène un flux d'énergie positive. Nous ne nous contentons pas d'habiter, nous alimentons un projet collectif. Ma participation y est assez variée : je cuisine à l'occasion de nos tables d'hôtes, je gère les caisses du lieu, les achats collectifs et parfois les surprises du quotidien. Cette 20ᵉ commune existe parce que nous participons à un chantier d'intelligence collective et j'aime beaucoup cela. Je suis entourée de gens aimables, nous prenons soin les uns des autres... je me sens en sécurité !

20eCommune-20190408-Photo Skieveweg.jpg
Rocio

Habitante au Skieveweg

Je voyageais beaucoup avant et quand j’ai décidée de me poser à un endroit, je suis restée ici dans la 20ᵉ commune. Je n’avais pas de revenu et j’avais besoin d’un logement, c’était une période compliquée. L’habitat groupé, c’était nouveau pour moi et ça n’a pas toujours été facile de vivre ainsi, mais je me suis rapidement attachée au projet que je trouve génial ! Ca reste difficile par moments, mais nous vivons ici pour répondre à des besoins fondamentaux. La participation et le fait de faire des choses ensemble me réchauffent le cœur et me donnent espoir dans cette société.

pauline.jpg
Pauline

Travailleuse au cowork de La Serre

Après 2 ans de bénévolat, Zero Waste Belgium  a créé de l'emploi en 2018. Il a très vite fallu trouver un lieu où installer nos bureaux, c’est comme ça qu’on est tombé sur la 20ᵉ commune. On nous a accueilli les bras ouverts. La Serre, c'est un peu devenu notre QG : en plus d’y travailler tous les jours, nous y organisons de nombreuses rencontres bénévoles. Ce qu'on aime ici, c'est le fait de rencontrer de nouvelles personnes, de nouveaux projets et puis ce n'est pas trop cher, un plan intéressant pour une petite ASBL qui démarre.

J'HABITE ICI

Découvrez la 20 commune à travers ses habitant.e.s et projets à finalité sociétale

Beaucoup d'espaces sont déjà investis par des personnes, des collectifs et des associations, mais le potentiel de la commune est encore énorme !

Recevez chez vous
notre bulletin !